Méthode générale de conception sismique

1. Chantier de construction

Lors du choix d'un chantier de construction en acier, nous devons saisir les informations relatives à l'activité sismique et à la géologie technique en fonction des besoins du projet, et procéder à une évaluation complète du chantier. Il est conseillé de choisir des zones propices à la construction de la résistance sismique, telles que les sols durs et plats ou les sols secs denses et uniformes, afin d'éviter les zones défavorables à la construction de la résistance sismique, telles que les sols faibles, les sols liquéfiables, embouchures proéminentes en forme de bandes, hautes collines isolées, pentes abruptes non rocheuses, zones épuisées, berges des rivières et marges des pentes.


2. Fondation

Afin d'éviter le tassement inégal des bâtiments en acier, susceptible de provoquer des fissures ou même l'inclinaison des structures, de sorte que les éléments de structure pénètrent prématurément dans la zone en plastique, la même unité structurelle ne doit pas être installée sur des sols de fondation dotés de propriétés distinctes. Il n'est pas approprié d'utiliser une fondation naturelle en partie et une fondation en pieu en partie. Lorsque la fondation a un sol cohésif mou, un sol liquéfiable ou une couche de sol gravement inhomogène, l'intégrité et la rigidité de la fondation doivent être renforcées. .


3. Plan et élévation

Afin d’éviter les maillons faibles causés par la torsion et la concentration de contraintes ou de déformations plastiques lors du séisme, le plan du bâtiment et l’élévation doivent être disposés de manière régulière et symétrique, et le changement de répartition de la masse et de la rigidité doit être uniforme. Cependant, lorsqu'aucun joint sismique n'est défini, il convient d'adopter le modèle de calcul cohérent avec la situation réelle. Lors du réglage du joint sismique, le bâtiment doit être divisé en unités structurelles régulières.